• Une longue balade aquatique dans la anse du Cap Rousset

    L'été arrive en Provence et les premières cigales annoncent les beaux jours. J'ai décidé d'en profiter et me voilà parti pour une nouvelle sortie à la réserve marine du Cap Rousset. La plage est déjà envahie de personnes cherchant à profiter du Soleil par contre il n'y a pas grand monde à l'eau. Et pour cause, la mer est encore à 17°C ... Heureusement de mon côté j'ai prévu d'emmener tout mon matériel, ce n'est pas encore aujourd'hui que je pourrai me passer de la combinaison. Sous l'eau les poissons sont toujours aussi nombreux, en particulier les crénilabres qui s'activent à la construction des nids, c'est la saison de reproduction.

    crénilabre de Roissal

    Les crénilabres à cinq taches sont les plus absorbés pas les rituels de séduction. Parés de leurs livrées de reproduction colorées, ils multiplient les aller-retour pour aller chercher des brins d'algues afin de construire le plus beau nid de la réserve.

    crénilabre à cinq tache

    crénilabre à cinq tache

    Habituellement très farouches ces crénilabres ne font même plus attention aux plongeurs, c'est l'occasion de les photographier un peu plus facilement que d'habitude. Voici une femelle reconnaissable à son ventre noir.

    crénilabre à cinq taches femelle

    J'explore d'abord la façade ouest de la réserve car ce côté est riche en blocs rocheux et la zone est pas mal battue par les vagues. C'est un coin apprécié par les girelles paon (Thalassoma pavo) et çà fait un moment que je n'en ai pas croisé.

    réserve marine du Cap Rousset

    Je ne tarde pas à repérer un mâle très coloré qui fait de nombreux aller-retour près d'un gros rocher. Il est très vif et ne reste pas en place, ce n'est pas évident de lui tirer le portrait !

    girelle paon

    girelle paon

    Pendant que je me tiens en embuscade immobile, en espérant que la girelle paon passe devant moi sans se méfier de ma présence, un loup (dicentrarchus labrax) curieux s'approche et reste un moment à mes côtés. C'est drôle on dirait qu'il vient faire le guet avec moi, mais je ne suis pas sûr qu'en sa compagnie la girelle ait plus envie de se montrer !

    loup

    Je laisse tranquille la girelle paon et j'explore quelques trous cachés dans les rochers. J'y observe quelques éponges bien installées à l'abri de la lumière.

    Une belle anémone verte (anemonia viridis) de couleur bleu étend ses tentacules à l'entrée d'une des cavités.

    anémone verte

    Je quitte la côte ouest pour traverser la baie et rejoindre les herbiers de posidonies. Sur le chemin je croise des sars qui attendent impatiemment leur séance de déparasitage. Un crénilabre à queue noire (symphodus melanocercus) visiblement débordé les inspecte méticuleusement.

     sars et crénilabre à queue noire

    sar et crénilabre à queue noire

    crénilabre à queue noire

    Dans les herbiers je repère un joli labre merle (Labrus merula) dont la livrée verte à bande blanche trahit la jeunesse. C'est le camouflage idéal pour grandir tranquille parmi au milieu de la végétation.

    labre merle vert

    Au dessus du champ de posidonies de nombreux poissons vont et viennent. L'un d'entre eux retient particulièrement mon attention, il présente un corps allongé, une livrée argentée et une longue et fine ligne noire latérale qui s'étend de la tête à la queue. Il s'agit sans aucun doute d'une bogue (Boops boops), un poisson censé être plutôt commun et que pourtant je ne croise que très rarement lors de mes balades aquatiques. Je suis content de pouvoir en photographier un en détails.

    bogue 

    J'arrive sur la côte est où je croise des bancs de sars. Parmi ceux-ci je repère un beau sar à museau pointu (diplodus puntazzo) qui contrairement aux autres individus de son espèce n'est pas spécialement craintif. Il prend même la pose pour moi !

    sar à museau pointu

    Les sar communs (diplodus sargus sargus) sont légions dans la réserve. Très curieux ils suivent souvent les plongeurs dans leur explorations en guettant les particules du sol qui sont soulevées lors du palmage.

    sars communs

    Autre poisson très répandu dans la réserve, la girelle commune (Coris julis). Près du bord, dans la zone rocheuse, on rencontre beaucoup de femelles. Elle se déplacent seules, en groupes ou en compagnie de poissons d'autres espèces.

    girelle commune

    Les mâles de la girelle commune sont plus colorés, se sont les girelles royales. Ces dernières sont plus rares, on en observe souvent plus loin du rivage parmi les rochers ou les herbiers, à quelques mètres de profondeur. Du coup il faut procédés à de petites apnées pour descendre à leur niveau et les photographier.

    girelle royale

    Je continue mon circuit dans la réserve et je dépasse l'extrémité est de la crique du Cap Rousset en progressant en direction de la anse des Bouchons. Cette zone est plus agitée par les vagues, les fonds sont constitués de grands plateaux rocheux et de touffes de posidonies éparses. C'est une partie de la réserve prisée par les castagnoles (Chromis chromis). Ces petits poissons sombres très vifs ne se laissent pas facilement approcher.

    castagnole

    Puis j'aperçois un grand crénilabre paon qui se met en position et attend l'inspection d'un crénilabre à queue noire. L'un d'eux s'approche, il s'agit d'un mâle en livrée bleue-violacée typique de la période de reproduction. Je descends à leur niveau mais ma présence les inquiète et romps malheureusement le rituel de nettoyage. Le crénilabre nettoyeur se laisse quand même photographier, mon apnée n'aura pas été inutile.

    crénilabre à queue noire bleu

    Un peu plus loin, un autre crénilabre à queue noire examine un petit labre merle.

    labre merle et crénilabre à queue noire

    En retournant vers un plateau moins profond je tombe sur un autre crénilabre paon (symphodus tinca) de belle taille mais ce dernier présente un aspect parfaitement classique. Il ne fait pas trop cas de ma présence et met toute son attention dans la fouille le substrat en quête de nourriture.

    crénilabre paon 

    Voilà presque trois heures que je suis dans l'eau et la fatigue commence à se faire sentir, il est temps de rejoindre le bord. Je suis content d'avoir pu profiter de cette belle journée estivale et cette nouvelle exploration de la réserve marine du Cap Rousset m'aura permis de redécouvrir avec plaisir la diversité des espèces habitant ces espaces protégés, même si ce coup-ci les blennies et les serranidés se sont faits plus rares qu'à l'ordinaire.

     

     

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Coyote13
    Vendredi 16 Juin à 02:16

    Merci Laurent pour cette magnifique balade aquatique dans la réserve marine du Cap Rousset, un lieu que j'ai découvert il y a 2 ans et qui me permet d'évoluer avec mes enfants au milieu d'une diversité de poissons que je ne connaissais pas jusqu'à présent.

    En effet, le snorkeling est une activité assez récente pour moi, mais j'y ai vraiment pris goût et le Cap Rousset est un endroit super sympa pour observer les différentes espèces présentes.

    J'ai découvert ton blog récemment, je le trouve très intéressant et il m'est utile pour développer cette nouvelle passion, encore merci...

    2
    Vendredi 16 Juin à 11:37

    Bonjour !

    Oui le Cap Rousset est un très bel endroit pour s'initier au snorkeling, la faible profondeur fait qu'il est très facile de découvrir la faune avec les enfants, en plus les poissons ne sont pas méfiants et sont faciles à approcher. Ils ont vraiment bien fait de créer cette réserve marine facile d'accès, je crois qu'on est nombreux à avoir vu naître une passion pour la randonnée aquatique sur ce site !

    On aura peut-être l'occasion de s'y croiser si çà se trouve :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :