• Sortie de Noël au petit Mugel

    La météo est toujours incroyable pour les vacances de Noël, il fait très doux entre midi et quinze heure où la température extérieure à la Ciotat frôle les 16°C ! Cette fenêtre printanière nous offre la possibilité de continuer à plonger en plein hiver. Avec André nous décidons de retourner ensemble à la calanque du Petit Mugel histoire de voir si la faune et toujours là où si elle a migré à de plus grandes profondeurs. Dès les premiers mètres dans l'eau nous avons la réponse, la vie est toujours foisonnante et des milliers d'athérines ont envahi la crique !

    athérines Petit Mugel

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Je consulte ma montre d'apnée qui m'indique une température de 15°C, c'est vrai que la première minute on ressent bien la fraîcheur mais passé l'acclimatation on est comme des poissons dans l'eau, confortablement emmitouflés dans nos grosses combinaisons.

    http://ekladata.com/KQVGeuobtjp1XEvt80nKVIl-tx0/Petit-Mugel-27-12-2016-andre-debut-sortie-low.jpg

    Nous rejoignons la falaise opposée en quête de petits animaux et en prévision je passe le mode de l'Olympus TG-4 en "aquatique macro". Je me retrouve rapidement nez à nez avec une jolie ascidie rouge solitaire fixée sur un rocher ombragé. Lorsque je l'éclaire avec la lampe Qudos Action je remarque qu'elle se rétracte sensiblement, on voit bien qu'elle n'a rien à voir avec les éponges.

    ascidie rouge

    Un peu plus loin j'observe une clathrine orange, jusqu'à présent je n'avais observé que des spécimens blancs ou jaunes.Ce spécimen semble plus rare !

    clathrine orange

    Dans les parages de la clathrine orange mon regard est attiré par une minuscule tache bleutée, en la scrutant attentivement je découvre qu'il s'agit d'une limage de mer !  Ce doris de Villefranche présente une belle robe bleue striée de fines lignes jaunes. Malheureusement j'ai voulu montrer le doris à André et je l'ai rapidement perdu, impossible de retrouver son rocher ... dommage.

    Felimare villafranca

    Nous continuons nos explorations et nous apprêtons à rentrer dans une grotte. Sur un rocher j'observe ce qui ressemble à un gros gobie de Couch peu farouche.

    gobie de paganel

    Sur le sol de la grotte je suis intrigué par un drôle de galet verdâtre, en fait il s'agit d'un poulpe qui se repose paisiblement. Ma lampe semble le déranger alors je n'insiste pas et le laisse tranquille.

    poulpe au repos

    Je m'enfonce au plus profond de la grotte, dans les recoins les plus sombres je découvre une petite éponge que je n'avais encore jamais observé. Il s'agit d'une axinelle étoilée que l'on rencontre généralement qu'à partir d'une vingtaine de mètres de profondeur car cette éponge est sciaphile, elle craint la lumière.

    axinelle étoilée

    Tout au fond de la grotte le niveau du sol remonte et je commence à plus ramper que nager. Dans un petit tunnel très sombre j'observe au pied de la paroi un nouveau gobie de belle taille. Il s'agit vraisemblablement d'un autre gobie de Paganel reconnaissable à sa large nuque écailleuse.

    gobie de Paganel

    Je continue mon circuit dans la grotte et j'explore l'autre paroi en prenant le chemin de la sortie. Je signale à André la présence de tentacules qui s'étirent à partir d'un petit trou. Ces tentacules sont les bras frêles et épineux d'une ophiure araignée qui vit cachée en capturant les particules ou les petites proies qui passent à sa portée.

    ophiure araignée

    Cette façade réserve bien des surprises. Dans le creux d'un grande éponge pierre tubulaire un œil me regarde craintivement ... En m'approchant je devine la présence d'un gros crustacé mais l'éclairage de ma lampe semble lui déplaire et il commence à s'agiter.

    éponge pierre et galathée

    Il finit par décider de déménager. En sortant de l'éponge je découvre ses immenses pinces très longues et ses gros yeux rapprochés, il est clair qu'il ne s'agit pas d'un crabe mais plutôt d'une galathée !

    galathée

    La visite de cette grotte a été bien fructueuse. Nous progressons vers la pointe de la crique en franchissant quelques gros rochers. J'y observe une drôle de blennie de Zvonimir qui me lance un beau sourire, elle me présente ses guirlandes de Noël, de petites algues zébrées de toutes les couleurs !

    blennie de Zvonimir

    Depuis le cap du Petit Mugel nous pouvons admirer l'île Verte. Cela vaudrait le coup pour une prochaine sortie de prendre le bateau et d'aller plonger là bas.

    ile verte la Ciotat

    Autour du promontoire rocheux que nous longeons la mer est profonde et le courant plus intense. Au loin nous admirons un nuage de castagnoles.

    nuage de castagnoles

    Le long du promontoire on rencontre de plus gros poissons, des girelles royales, des girelles paon, des sublets ou des crénilabres.

    http://ekladata.com/gqhKT0PJuy_ZzWj2vhiPdHZdeVE/Petit-Mugel-27-12-2016-Andre-cap-low.jpg

    Nous revenons maintenant vers les gros rochers pour entamer le chemin du retour. Nous longeons une parois verticale qui nous réserve toujours de bonnes surprises. En octobre on y avait observé un gros crabe verruqueux qui s'ouvrait un oursin. Cette fois-ci je remarque quelques jolis alcyons aux polypes déployés qui sont cachés dans un trou.

    alcyons

    A un peu plus d'un mètre au dessous un gros doris dalmatien se distingue avec sa couleur blanche qui contraste avec la roche. J'appelle André pour commencer une séance portrait en apnée. De mon côté j'ai du mal à cadrer car avec ma grosse combinaison je flotte comme un bouchon, les 3 kg de plomb à ma ceinture ne suffisent pas à me lester correctement. Sur la photo nous remarquons que le doris se trouve sur une éponge pierre encroûtante, son repas favoris !

    doris dalmatien

    Pendant qu'André plonge pour photographier le doris, je reprends ma respiration à la surface et remarque à côté de ma main agrippée au rocher un magnifique triptérygion intrigué par l'agitation du coin. Je m'étais promis de ne pas photographier tout les triptérygions qui passent afin de ne pas nous faire perdre trop de temps mais je vais faire une exception pour celui-ci qui est toutes voiles dehors, il arbore fièrement ses belles nageoires très colorées.

    triptérygion rouge

    Nous évoluons entre les gros rochers pour retourner dans la crique. André en profite pour me montrer deux cavités dont il a le secret dans lesquelles se cachent souvent des apogons. Pour voir se qui se trouve dans ces petites grottes il faut faire un peu d'apnée et se maintenir la tête sous l'eau en s'aidant des rochers. Effectivement il y a bien un apogon dans le trou très sombre, il est assez gros mais reste loin de nous.

    apogon

    Cela fait plus de deux heures que nous sommes dans l'eau et il est temps de rentrer. Mais chaque rocher cache une merveille à photographier et nous prenons notre temps pour rejoindre le bord. Voici un beau crénilabre de Roissal croisé sur le trajet.

    crénilabre de roissal

    Puis c'est une jeune girelle paon femelle que je surprends dans une anfractuosité sombre.

    girelle paon

    Nous laissons derrière nous les rochers pour traverser la crique et rejoindre le promontoire d'où nous nous sommes élancés dans l'eau. Mais une fois de plus une observation imprévue capte notre attention : une seiche est posée sur le fond juste au dessous de nous ! Avec son camouflage on a bien failli passer à côté sans la remarquer.

    seiche

    Par deux mètres de fond il est difficile de lui tirer un portrait vraiment net depuis la surface, surtout que la zone où elle se trouve est placée à l'ombre. Nous décidons de descendre à son niveau pour l'observer en détails en espérant qu'elle ne prenne pas la fuite.

    seiche

    Étrangement la seiche n'a pas l'air plus inquiète que çà et elle ne bouge presque pas. En fait elle à l'air d'être occupée par quelque chose de plus important que les deux plongeurs paparazzis qui lui tournent autour ... En l'observant de plus plus prêt on devine quelle saisit fermement ce qui ressemble à une proie coincée dans ses tentacules. C'est à mon tour de descendre la photographier de plus près en me débrouillant avec mon problème de lestage insuffisant.

    seiche

    Elle a effectivement capturé un poisson, d'après l'aspect de la queue je dirais qu'il s'agit d'un muge. Avant de la laisser déguster son repas en paix je tente une dernière descente pour l'approcher au maximum.

    seiche

    Nous laissons la seiche tranquille. André m'incite à faire une dernière visite, juste à quelques mètres avant l'arrivée un rocher abrite une cavité cachée qu'on ne devine pas depuis la surface. En faisant une petite apnée et en s'agrippant au rocher la tête en bas on parvient à distinguer au fond du trou des crevettes épineuses (ou crevettes cavernicoles jaunes) et quelques petites rascasses. La position est assez inconfortable et il n'est pas évident de réaliser de belles photos.

    crevette épineuse

    Pendant qu'André commence à sortir de l'eau je prends quelques minutes pour taquiner quelques jolies blennies sphinx.

    blennie sphinx

    J'ai bien fait de m'attarder un peu dans l'eau puisque je découvre parmi les blennies sphinx une petite blennie dalmate que j'observe pour la première fois !

    blennie dalmate

    Voilà une nouvelle randonnée aquatique qui s'achève. Pendant que nous nous réchauffons sous le Soleil de l'hiver nous partageons quelques idées de sorties pour l'année 2017 qui approche à grand pas. Nul doute qu'elle sera aussi riche en observations et en rencontres que 2016 !

     

     

     

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png       La calanque du Petit Mugel

    La calanque du Petit Mugel est située sur la commune de La Ciotat près du cap du Bec de l'Aigle et en face de l'île Verte. Le Mugel est une réserve naturelle qui offre un environnement minéral remarquable constitué de poudingues, des roches sédimentaires chargées d'anciens galets que la mer érode lentement, d'où la présence de nombreuses cavités à explorer en snorkeling.

     


     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :