• Promenade sous marine à l'Anse du Sec pour finir 2019 en beauté

    Plonger durant les vacances de Noël est devenu une tradition depuis quelques années. J'ai eu envie de vous proposer quelques images très colorées pour finir 2019 en beauté. Je profite d'ailleurs de cet article pour vous souhaiter un "bon bout d'an" et plein de bonnes choses pour la nouvelle décennie qui s'approche. Pour cette dernière sortie de l'année je vous emmène visiter les tombants riches en coralligène de l'Anse du Sec à la Ciotat.

    Le long des tombants ombragés il y a beaucoup de vie fixée, les hydraires, les éponges, les ascidies y prospèrent. Les nombreux trous qui les parsèment offrent des abris appréciés par les poissons à l'image de la grande blennie gattorugine (parablennius gattorugine) en photo ci-dessus.

    Les zoanthaires jaunes (Parazoanthus axinellae) tapissent de larges zones et apportent une touche de couleur et de lumière au coralligène. Avec leurs tentacules courts ils ressemblent à des fleurs sous-marines.

    zoanthaires jaunes

    Une éponge encroutante orange rouge (crambe crambe).

    Cette éponge de couleur marron violacée à l'aspect rugueux est vraisemblablement une ircinie variable (ircinia variablilis).

    Entre deux tombants je passe par de petits caps où se regroupent de grands bancs de poissons. Malheureusement, après une semaine entière de fort mistral, la mer n'est pas très transparente et il m'est difficile de les photographier correctement. Malgré le manque de limpidité je prends quand même le temps d'observer l’impressionnant groupe de dizaines de saupes (sarpa salpa) qui défile devant moi.

    Plus près de la surface se trouve un beau nuage de castagnoles (chromis chromis). Comme le Soleil est déjà passé derrière les grands massifs de poudingues de l'Anse du Sec il fait déjà très sombre dans l'eau, du coup je les distingue presque en ombre chinoise.

    castagnoles

    Un autre banc de castagnoles évolue près du fond vers cinq mètres de profondeur. Je descends leur rendre visite pour les observer de plus près. J'ai encore rajouté un kilo de plomb à ma ceinture, du coup je me sens plus à l'aise au fond de l'eau.

    Je parviens maintenant à un nouveau tombant. En scrutant avec attention le coralligène je découvre un poisson bien camouflé et parfaitement immobile. Le voyez-vous ?

    rascasse brune

    Je m'approche un peu histoire de mieux le distinguer. Voilà une belle rascasse brune (scorpaena porcus) à la mine boudeuse tapie dans une anfractuosité. 

    rascasse brune

    Les zoanthaires (dans leur variante orangée) partagent la surface rocheuse avec l'éponge encroutante hexadelle jaune d'or (hexadella pruvoti).

    Ce qui est sympa dans l'exploration du coralligène c'est qu'en étant attentif on finit toujours par découvrir de nouvelles espèces que l'on n'avait jamais observé auparavant. Voici l'étonnant botrylle étoilé (botryllus schlosseri), une ascidie coloniale regroupant des structures en forme de petites étoiles. Un motif qui tombe à pic pour les fêtes de Noël !

    botrylle étoilé

    Et en guise d'arbre de Noël l'Eudendrium de méditerranée est parfait, les globules des polypes faisant penser à des boules décoratives suspendues aux branches.

    En évoluant le long de la paroi je dérange une blennie gattorugine qui se pose sur une crête et m'observe d'un air inquiet.

    Un peu plus loin c'est une grande blennie trigloïde (lipophrys trigloides) qui me surveille du coin de l'oeil, mais cette dernière reste imperturbablement immobile. Du coup je peux l'approcher sans problème.

    blennie trigloïde

    Le tombant est assez profond dans certaines zones, çà vaut le coup de descendre en apnée visiter l'étage inférieur. Les cavités les plus sombres sont souvent les plus colorées.

    En remontant vers la surface j'observe plusieurs petits poissons qui nagent près des rochers. Il s'agit très probablement de sars à museau pointu (diplodus puntazzo) juvéniles.

    sar à museau pointu juvénile

    Les rochers de l'Anse du Sec abritent de nombreuse sortes de blennies, celle-ci est une blennie de Zvonimir (Parablennius zvonimiri). Elle est facile à distinguer des autres espèces car elle possède une série de petites taches blanches sur le haut du dos.

    Parmi les éponges les plus colorées figurent les jolies éponges rouges à cratères (phorbas topsenti).

    éponge rouge à cratère

     Un mignon triptérygion nain (tripterygion melanurum) essaye de m'attendrir et me fait les yeux doux.

    triptérygion nain

    Dans le monde de l'infiniment petit se dressent d'innombrables polypes déployés et fin prêts à saisir les particules organiques ou le zooplancton qui sont disséminés dans l'eau. Ici ce sont des clavulaires communes (clavularia crassa) qui étendent leurs longs tentacules hérissés de poils.

    clavulaire commune

    Je lève la tête hors de l'eau et remarque qu'il commence déjà à faire très sombre, je me trouve en fait dans l'ombre de la grande falaise vertigineuse de l'Anse du Sec.

    Anse du Sec

    Au pied de la falaise trônent plusieurs gros blocs rocheux posés à près de cinq mètres de profondeur. J'effectue une descente en apnée pour aller voir ce qu'ils cachent sous leurs flancs ombragés. J'y découvre encore de belles compositions d'éponges et de cnidaires, mais pas de poissons.

    Pendant que je photographie une cavité ombragée située sous l'un des gros rochers, je remarque qu'un serran écriture (serranus scriba) me tourne autour en gardant ses distances. Peut-être suis-je entré sur son territoire ...

    serran écriture

    Après deux heures passées dans l'eau je commence à avoir froid, il faut dire que la température de l'eau ne dépasse pas 14°C aujourd'hui ... Je décide de rebrousser chemin en prenant quand même le temps d'explorer rapidement les fonds marins qu'y s'offrent à moi. Et même en faisant vite je tombe quand même sur quelques petits trésors, à l'image de ces minuscules anémones bijoux (corynactis viridis).

    anémones bijoux

    Juste à côté je surprends un petit triptérygion rouge (tripterygion tripteronotus) dans sa livrée classique.

    triptérygion rouge

    Mais une dernière belle surprise m'attend, un poulpe m'observe du fond de son trou. Son regard noir est profond, presque vide. En l'approchant je n'ai pas perçu pas de crainte, il semble trop bien blotti pour avoir envie de s'enfuir et quitter son nid douillet. Les poulpes aussi semblent apprécier le cocooning lors des journées d'hiver.

    poulpe

    Ce bel animal à tentacules a cependant beaucoup de chance d'être tombé sur un plongeur photographe amical, un autre ce serait certainement fait un malin plaisir de lui décocher une flèche en rêvant de le voir terminer dans une assiette. Son paisible moment de repos aurait dans ce cas été le dernier ... Combien de fois suis-je tombé au Petit Mugel sur des chasseurs "du dimanche" qui shootaient les poulpes en toute quiétude en période estivale alors que c'est interdit par la règlementation du parc entre juin et septembre. Mais sans personnes assermentées pour faire respecter les règles du parc dans cette zone, elles ne servent à rien ...

    C'est l'une des raisons qui a poussé mon ami André à lancer une pétition pour créer plus de zones protégées dans le parc des calanques, et cela concerne entre autres le secteur du Petit Mugel et de l'Anse du Sec. Il est nécessaire de préserver ces zones dont la biodiversité est incroyable, afin que le plus grand nombre d'entre nous puisse continuer d'admirer les beautés fragiles des fonds marins des calanques. A ce jour, sachez que seulement 10% du parc est classé en zone de non prélèvement, ce qui est tout bonnement ridicule. Chers lecteurs, vous avez la possibilité de commencer 2020 par une bonne action pour la préservation de la biodiversité marine de notre planète, n'hésitez pas à signer cette pétition dont j'irai défendre la cause au côté d'André auprès des autorités concernées si elle parvient à prendre suffisamment d'ampleur.

     

    En vous souhaitant encore une fois une très bonne année 2020 !

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png    

    L'anse du Sec 

     

    L'anse du Sec fait partie du parc naturel des Calanques, elle est située au pied de l'imposant massif rocheux du Cap de l'Aigle à La Ciotat. Les falaises du Bec de l'Aigle sont les plus hautes falaises maritimes d'Europe, culminant à 394 mètres. La anse est accessible à pied en traversant le parc botanique du Mugel ou à la nage à partir du Petit Mugel et en dépassant la pointe de Nege Froume. Les fonds marins dans cette anse sont assez profonds, ils présentent un intérêt limité pour le snorkeler de surface. Par contre la anse est entourée de falaises de poudingues (conglomérats de galets) qui constituent dans l'eau de petits tombants ombragés où se développent du coralligène.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Décembre 2019 à 10:16

    Bonjour Laurent,

    Merci pour les belles photos c'est bon par ces temps de grisailles et gelées matinales que nous vivons actuellement en Belgique. Par curiosité, à combien est l'eau de la Méditerranée actuellement ??

    Pour la pétition, c'est une belle initiative … si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je vais la partager en Belgique via FB...

    Bonne fêtes de fin d'année à Toi, tes proches et aux suiveurs de ton blog

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 30 Décembre 2019 à 10:38

    Bonjour !

    Ce week-end l'eau était à 14°C, on a beaucoup de vent en ce moment ce qui a contribué à la faire refroidir ! Du coup j'enfile les épaisseurs en cette saison, la combi de 2 mm et un surshorty de 5,5 mm par dessus. Par contre je fais le téméraire au niveau de la tête, je ne mets pas de cagoule :)

    Sinon pas de problèmes pour faire circuler la pétition, bien au contraire ! Je ne sais pas si cela aboutira mais comme le dit mon ami André, on pourra dire qu'on a tenté ! Quand on étudie la carte du parc des calanques, on s'aperçoit que les zones de non prélèvement sont très petites près des côtes, par contre elles sont assez bien réparties le long du littoral sauf dans le secteur de La Ciotat où il  n'y en a aucune. D'où la pertinence de notre requête. L'idéal serait de protéger le secteur qui concerne le Petit Mugel, l'Anse du Sec et l'île Verte.

    Je te souhaites également de très bonnes fêtes de fin d'année ! Et de belles plongées en 2020 :)

      • Lacsap68
        Vendredi 3 Janvier à 09:19

        cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :