• Plongée de nuit à la calanque de Morgiou

    Hier soir j'ai réalisé une première pour moi, aller faire du snorkeling de nuit ! J'ai rendez-vous à la calanque de Morgiou où je rejoins François, nous allons explorer la côte rocheuse ouest à la lumière des lampes étanches. Les conditions pour cette sortie nocturne sont idéales, il n'y a presque pas de vent, la mer est calme et plutôt chaude puisque sa température avoisine les 23°C.

    calanque de Morgiou au crépuscule

    La mise à l'eau s'effectue au crépuscule, les premiers astres commencent à apparaître dans le ciel, notamment la planète Jupiter qui brille vers le sud. Dès les premiers mètres nous allumons nos lampes car dans l'eau l'obscurité est déjà importante.

    Je règle ma lampe Qudos Action sur l'intensité minimale afin qu'elle puisse durer plus longtemps, et même sur le réglage minimum elle est déjà bien assez puissante pour se diriger et éclairer les fonds marins plongés dans la pénombre. François possède une torche étanche encore plus puissante, je n’ai donc aucun mal à le suivre dans l'eau.

    Nous commençons par traverser la calanque dans sa largeur, nous passons au dessus des bancs de posidonies et de petites clairières sablonneuses. François repère rapidement quelque chose d'intéressant, je le vois descendre en apnée vers trois mètres de fond, il a débusqué un gros poisson lézard rayé (synodus saurus) posé sur le sable clair ! J'avais déjà observé des poissons lézards à la Réunion mais c'est le premier que j'observe en Méditerranée. Je rejoins à mon tour le fond pour lui tirer le portrait.

    poisson lézard rayé

    Nous parvenons assez rapidement sur la rive opposée et commençons à scruter les cavités rocheuses. Nous repérons dans un trou étroit la tête d'une petite murène commune (muraena helena) qui se rétracte dans sa cachette lorsqu'on l'approche avec la lampe.

    murène commune

    Un peu plus loin un mulet labéon (oedalechilus labeo) s'est réfugié dans un creux de la falaise pour passer le nuit. Il se distingue des autres espèces de mulets par le profil ventral pentu de sa gorge et la petite bosse présente sous sa mâchoire inférieure. On le rencontre souvent à fleur d'eau, juste sous la surface.

    mulet labéon

    La côte rocheuse est riche en cavités que nous explorons une à une. Il y a bien souvent de belles surprises qui nous attendent aux abords de chacune d'entre elle. En effet, la nuit la vie sous-marine est en effervescence, les crustacés notamment sortent de leurs cachettes, à l'image de cette magnifique crevette cavernicole (stenopus spinosus). 

    crevette cavernicole

    En voilà une autre qui déambule dans une fente étroite, elle tourne le dos au faisceau lumineux de ma lampe.

    crevette cavernivole

    François me fait remarquer un détail très surprenant. Lorsqu'on passe la tête sous l'eau en restant bien immobile pour ne pas faire de bruit, on entend tout les sons de la faune sous-marine qui s'active. C'est vraiment étonnant, on est très loin du monde du silence cher au commandant Cousteau !

    J'ai l'impression de percevoir un concert de batraciens, mais en sortant la tête de l'eau je m'aperçois qu'à l'air libre l'ambiance est tout à fait calme, ces sons viennent donc vraiment de la mer ! Lors des sorties en plein jour on ne perçoit rien de tel, c'est formidable, on peut dire que le snorkeling en nocturne sollicite tout les sens du plongeur.

    Quelle partie de la faune est à l'origine de cette agitation sonore ? Probablement les crustacés puisqu'ils ont pour la plupart une activité exclusivement nocturne ...

    D'autres petits animaux sont de sortie dans l’obscurité ambiante, en scrutant attentivement la surface rocheuse je découvre un vers plat bien camouflé. Il s'agit vraisemblablement d'une planaire à papilles (Thysanozoon brocchii).

    planaire à papilles

    planaire à papilles

    Je suis également étonné par le nombre d'étoiles de mer que je croise un peu de partout ! Je me réjouie de débusquer une discrète ophiure lisse (Ophioderma longicauda), en journée elles se réfugient dans des trous et on ne distingue d'elles que quelques bras dépassant de leur cachette. Celle-ci se promène librement en quête de nourriture, elle se fond particulièrement bien dans le décors et j'ai bien failli ne pas la remarquer !

    ophuire lisse

    Les étoiles de mer rouges (Echinaster sepositus) sont légions, nul besoin de les chercher il y en a tout le long de la paroi rocheuse.

    étoile de mer rouge

    Mais les plus impressionnantes sont les étoiles de mer glaciaires (Marthasterias glacialis) avec leurs imposants bras couverts d'épines. Celle-ci est longue comme l'avant bras !

    étoile de mer glaciaire

    Lors des explorations nocturnes il faut bien faire attention où l'on pose les mains lorsqu'on a besoin de s'agripper à la roche car les rascasses sont nombreuses à se cacher parmi les algues et leurs épines dorsales sont très venimeuses ! Voici une jolie petite rascasse rouge (scorpaena notata).

    petite rascasse roouge

    Les oursins et leurs épines acérées sont également redoutables, ils imposent la prudence. Certains d'entre eux attirent l'attention car ils sont particulièrement photogéniques comme ce magnifique oursin granuleux (Sphaerechinus granularis).

    oursin granuleux

    Puisque ma lampe Qudos Action éclaire parfaitement je vais aussi passer du temps à visiter de petites cavités en apnée. A quelques mètres je découvre déjà de beaux paysages sous-marins qui ressemble à des champ en fleurs, en voici un juste pour le plaisir des yeux.

    François m'incite à venir le rejoindre un peu plus bas, vers 4 à 5 mètres de profondeur il a repéré un pagure rayé (dardanus calidus), il s'agit de l'un des plus grands Bernard-l’ermite du genre. Cet animal est intéressant à plus d'un titre car il a pour habitude de couvrir sa coquille d’anémones !

    pagure rayé

    Le pagure rayé entretient une relation symbiotique avec les anémones parasites (Calliactis parasitica) qui couvrent sa coquille, elles profitent du déplacement du crustacé pour récolter plus de nourriture et le crustacé bénéficie en retour de la protection des tentacules urticants de l'anémone qui font barrages aux prédateurs.

    pagure rayé

    En remontant à la surface j'incite François à regarder hors de l'eau, une magnifique pleine Lune se lève au dessus de la mer pile dans l'axe de la calanque, l'absorption atmosphérique lui confère une incroyable teinte rouge sang. Nous éteignons les lampes pour profiter du spectacle que dame nature nous offre. Par contre avec un appareil photo réglé pour l'imagerie sous-marine et le manque de stabilité il n'a pas été facile d'immortaliser la scène, je vous propose quand même une image juste pour le souvenir où l'on distingue le tuba de François à gauche et notre superbe Lune sanguine à droite.

    Mais je ne suis pas au bout de mes surprises car mon coéquipier de plongée me fait remarquer que dans le noir complet il y a aussi quelque chose à découvrir en passant la tête sous l'eau. En agitant les bras devant soit une multitude de petites étincelles vertes fusent tout autour de nous ! Nous sommes entourés de plancton bioluminescent ! Décidément c'est une sacrée sortie.

    Nous reprenons notre périple et rallumons nos lampes. Je surprends une nouvelle rascasse rouge posée sur les rochers.

    petite rascasse rouge

    Quelques mètres en dessous François et un poulpe (octopus vulgaris) s'observent mutuellement. Le céphalopode glisse lentement sur la paroi et à l'air d'hésiter entre la curiosité de venir voir ce qui se passe et la crainte de cette lumière qui a d'un coup surgit du néant devant lui.

    J'ouvre ici une parenthèse importante concernant la protection des poulpes : je rappelle que la pêche au poulpe est interdite dans le parc des Calanques du 1er juin au 30 septembre par arrêté préfectoral.

    poulpe

    La nuit les cnidaires sont également en activité, ils déploient pleinement leurs tentacules afin de capturer du plancton à l'image de ce petit cérianthe rayé (Isarachnanthus nocturnus).

    cérianthe rayé

    La calanque de Morgiou abrite les êtres les plus étranges, voici par exemple des bonellies vertes (bonnelia viridis). Il s'agit de vers marins qui cachent leur corps dans les anfractuosités et qui ne laissent dépasser à l'extérieur que leur longue trompe. 

    bonellies vertes

    Je continue d'explorer les cavités, dans celle-ci je surprend une castagnole (chromis chromis) dans son repos nocturne. Le trou est étroit mais il est richement couvert de coralligène coloré.

    castagnole

    Mais la plus belle rencontre dans cette anfractuosité reste sans aucun doute celle d'une magnifique crevette drimo (Gnathophyllum elegans) ! Avec sa robe brune ponctuée de pois dorés ce crustacé est vraiment très élégant comme l'indique son nom latin.

    crevette drimo

    crevette drimo

    Nous arrivons sur un surplomb rocheux couvert de polypes d'hydraires qu'apprécient certains nudibranches. Bien entendu nous ne tardons pas à repérer quelques hervias (cratena peregrina) qui sous la lumière de nos lampes prennent une clarté inhabituelle. On pourrait croire qu'elles brillent de l'intérieur !

    hervias

    Je fais un petit tour sous le surplomb en apnée et je tombe sur une belle cigale de mer (scyllarus arctus). Durant la promenade nous allons en croiser pas mal.

    cigale de mer

    Mon camarade a quant à lui trouvé une langouste vers 3 ou 4 mètres de profondeur qui veut bien prendre la pose avec lui. C'est l'occasion de réaliser un petit portrait souvenir.

    La langouste est peu farouche, elle a même le bon goût d'attendre que je la rejoigne pour que je la photographie à mon tour.

    langouste rouge

    Je tombe à nouveau sur des hervias qui semblent en période de reproduction. Elles se regroupent et déposent leurs pontes sur les branches des eudendriums de méditerranée (eudendrium racemosus). 

    hervias

    hervias

    François en bon éclaireur explore la calanque dans toute sa verticalité. Il me signale la présence d'une nouvelle langouste rouge (Palinurus elephas) vers 6 ou 7 mètres de profondeur. Je m'applique en effectuant un canard d'école et je file tout droit la tête en bas jusqu'au crustacé. Le dieu Neptune doit être avec moi ce soir car mes sinus frontaux qui sont habituellement douloureux en apnée me laissent assez tranquille. J'ai donc tout le loisir de photographier la langouste qui prend la pose juste à côté d'une gorgone jaune (eunicella cavolini).

    langouste

    gorgone jaune

    Voilà trois heures que nous sommes dans l'eau, nous décidons d'entamer le chemin du retour même si la balade est très agréable il faut malheureusement bien rentrer à un moment donné. Le coup de sifflet de la fin de la récré m'est annoncé par la batterie de ma lampe Qudos qui tombe en rade ... Pas grave, en tant qu'astronome l'obscurité c'est mon univers familier. Pour le retour je me contente de suivre tranquillement le faisceau de lumière de François qui nage devant moi et qui nous ramène à bon port.

    Il est minuit et demi lorsque nous reposons le pied sur la terre ferme, nous reprenons notre souffle en admirant la Lune dont la colonne de lumière pénètre la calanque en éclairant la mer. Je trouve que le tableau à un petit air de l'affiche du Grand Bleu, il ne manque que le dauphin qui saute !

    Morgiou by night

    La planète Mars qui sera au plus près de la Terre dans un mois accompagne la Lune en bas à gauche, tandis que dans le coin de l'image en haut à droite c'est Saturne qui se distingue. Quand mes deux passions se rejoignent, la soirée ne peut-être que réussie. Un grand grand merci à François de m'avoir proposé cette sensationnelle sortie !

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png    

    La calanque de Morgiou

     

    La calanque de Morgiou est située dans le Parc national des Calanques. Cette calanque encaissée abrite un petit port de pêche, quelques cabanons et un bar restaurant. Morgiou offre un cadre naturel magnifique, elle est sauvage et particulièrement paisible, l'eau y est souvent cristalline. L'accès en voiture y est réglementé en journée durant la période touristique entre le printemps et l'automne, seuls les résidents où les visiteurs ayant réservé une table au restaurant du petit port de pêche peuvent alors y descendre en véhicule.

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :