• Plongée crépusculaire à la calanque des Figuières

    La chaleur estivale se maintien dans le sud, j'en profite pour retourner plonger à la calanque des Figuières en toute fin d'après midi. En semaine la calanque est très peu fréquentée, le calme règne. L'ambiance est particulièrement sereine, d'autant plus qu'aujourd'hui je ne perçois pas l'ombre d'une bouée de chasseur sous-marin à l'horizon. Au Soleil couchant la lumière tamisée éclaire encore un peu les falaises ocres mais bientôt c'est toute la crique qui va passer dans l'ombre.

    calanque des Figuières

    Cette fois-ci j'ai commencé par explorer la digue du port et la falaise est mais je n'y ai pas vu grand chose d'intéressant. Le bas de la falaise est peu profond, la zone est battue par les vagues et présente sous l'eau de grands plateaux rocheux pelés où il y a peu de poissons.

    En retournant vers la digue centrale je passe au dessus d'un herbier situé vers trois mètres de profondeur dans lequel je repère un bel oursin granuleux (Sphaerechinus granularis). Je descends en apnée lui rendre une petite visite même s'il est bien caché dans les touffes de posidonies.

    oursin granuleux

    Un peu déçu par ce côté de la calanque je décide donc de rejoindre l'autre extrémité. Je retrouve la façade du côté est qui est plus calme et qui a la préférence des animaux visiblement. Comme il commence déjà à faire bien sombre la vie sous-marine s'active et les rascasses brunes (Scorpaena porcus) sont de sorties. Cet environnement riche en anfractuosités peu profondes et aux eaux calmes semblent parfaitement leur convenir.

    rascasse brune

    Lors de la sortie de dimanche dernier ici même j'avais photographié une holothurie granuleuse, cette fois-ci je tombe sur une holothurie noire (Holothuria forskali) reconnaissable à sa couleur sombre et à ses petites points blanches.

    holothurie noire

    Parmi le coralligène des zones perpétuellement ombragées je découvre quelques éponges à cratères (Hemimycale columella) que je n'avais observées jusqu'à présent qu'au Petit Mugel.

    éponge à cratères

    Pendant que je les photographie je remarque de grandes crevettes roses (Palaemon serratus) qui se baladent autour de moi parmi les algues.

    crevette rose

    Je poursuis ma progression en direction du cap de la calanque, il commence à faire sombre mais beaucoup de poissons sont en activités à cette heure ci. Dans une zone bien agitée par les vagues je croise de gros mulets, des bogues et de grands bancs d'athérines. Mon TG4 manque de lumière pour pouvoir faire de belles images dans une ambiance aussi sombre. Je parviens néanmoins à immortaliser le passage impressionnant de grands bancs de saupes (sarpa salpa) qui déférlent à toute vitesse sur les pentes rocheuses.

    saupes

    Une petite blennie trigloïde (Lipophrys trigloides) posée sur son rocher regarde passer le convoi de saupes sans craintes, ces dernières faisant partis des rares poissons herbivores. Cette espèce de blennie est bien représentée sur le site des Figuières.

    blennie trigloide

    Je regarde un peu en dessous de moi et sur le fond sombre, vers quatre mètres de profondeur, je repère un superbe ver spirographe (Sabella spallanzanii) qui déploie son panache branchial au bout d'un long tube calcifié. J'allume ma lampe Qudos Action et je le rejoins en apnée pour lui tirer le portrait même si l'eau à cet endroit est particulièrement chargée en particules et qu'il est difficile dans ces conditions de faire des images bien propres.

    spirographe

    Sur le chemin du retour je m'attarde en visitant les petites cavités cachées sous des promontoires rocheux. Parfois j'ai de bonnes surprises à l'image de cette petite murène (Muraena helena) rencontrée par trois mètres de fond.

    murène

    Comme la nuit tombe, les ophiures lisses (Ophioderma longicauda) commencent à sortir de leur trous pour partir chasser.

    ophiure lisse

    La plage n'est plus très loin maintenant. Une petite étoile de mer épineuse (Coscinasterias tenuispina) se présente devant moi, elle déambule parmi les brins de dictyotes. Il y en a pas mal dans ce secteur de la Côte Bleue ainsi que dans le parc des Calanques, on peut constater que cette espèce d'origine tropicale s'est bien adaptée à la Méditerranée !

    étoile de mer épineuse

    Parmi les petits galets du rivage je repère un jeune gobie de Paganel (Gobius paganellus) dont la livrée claire lui assure un bon camouflage.

    gobie de paganel

    Je sors de l'eau et je m'aperçois que j'ai la calanque pour moi tout seul, tout est parfaitement calme. En cette rentrée frénétique ou Marseille a retrouvé toute son agitation stressante et sa cacophonie automobile insupportable je savoure vraiment cet instant hors du temps !

    Les quelques lampadaires du port se sont allumés ce qui est bien pratique pour ranger mes affaires de plongée.

    Port des figuières de nuit

    La Lune est là elle aussi pour m'éclairer, accompagnée de la planète Mars (visible sous la Lune en bas à gauche), toutes deux brillent au dessus de la calanque pour parfaire le tableau.

     

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :