• Le Petit Mugel, un enchantement toujours renouvelé

    Enfin une sortie que je peux qualifier d'estivale, la température de l'eau est à 24°C ! Je rejoins la calanque du Petit Mugel vers 19h alors que le Soleil commence à décliner et que les baigneurs de l'après-midi commencent à entamer le chemin du retour. Je pars pour une nouvelle exploration de la faune colorée et surprenante des grottes qui a cette heure-ci vont être bien sombres. J'allume la lampe Qudos Action et c'est parti !

    clathrine jaune

    Comme prévu, dans les grottes creusées dans la falaise par l'érosion des vagues il fait très sombre. J'adore découvrir la richesse colorée des parois couvertes d'éponges et d'ascidies à la seule lumière de ma petite lampe étanche, à chaque mètre parcouru il y a toujours un détail surprenant qui se révèle. Je suis toujours émerveillé par ces tableaux naturels crées par la nature. Ci-dessus se sont des clathrines jaunes (Clathrina clathrus) qui se distinguent.

    Je constate ce coup-ci le retour des crevettes alors qu'elles étaient absentes lors de mes précédentes sorties. Voici un juvénile de grande crevette rose (Palaemon serratus) parfaitement translucide qui évolue sur les rochers. J'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'une crevette calembo  (palaemon elegans) mais son rostre très long semble indiquer qu'il s'agit bien d'une crevette rose.

    grande crevette rose

    Celle-ci attire l'attention d'une blennie de Zvonimir (Parablennius zvonimiri) qui tente de l'approcher en douceur. D'ordinaire ces blennies sont particulièrement craintives et fuient dès qu'on tente de les approcher et même parfois rien qu'en allumant l’éclairage pour les photographier. Mais pour une fois j'ai tout le temps de lui tirer le portrait car elle est entièrement focalisée sur sa proie éventuelle.

    blennie de Zvonimir

    Dans les zones les plus obscures se cachent de nombreux apogons (Apogon imberbis).A la nuit tombante ils sortent de leurs cachettes et se montrent facilement aux plongeurs.

    apogons

    La surprise ce soir c'est de découvrir de nombreuses castagnoles (chromis chromis) dans les grottes. Elles fréquentes les mêmes cavités que les apogons et forment elles aussi de petits bancs par endroits. Notez les beaux reflets bleutés présents sur leurs nageoires, la castagnole n'est pas aussi terne qu'on pourrait le croire !

    castagnoles

    castagnoles

    Je prends le chemin de sortie de cette grotte et tombe nez à nez avec une rascasse brune (Scorpaena porcus) qui se tient parfaitement immobile sur un affleurement rocheux. Cette experte du camouflage fait le guet et attend que des proies passent à sa portée. 

    rascasse brune

    Je m'apprête à pénétrer dans une autre grotte. Juste à l'entrée, entre ombre et lumière, j'observe une étoile de mer rouge (Echinaster sepositus) posée sur le sol.

    étoile de mer rouge

    Ici aussi les parois sont largement ornées d'éponges et d'ascidies. Voici une grande éponge cornée noire (Scalarispongia scalari) dans laquelle sont implantés des vers térébelles spaghettis (Eupolymnia crassicornis) qui étirent leurs fins filaments collant de couleur jaune.

    éponge cornée noire

    Les surprises continuent, voilà que je découvre dans un petit interstice rocheux un poisson peu commun, il s'agit d'un porte écuelle de Candolle (Lepadogaster candolii). Ce drôle de petit poisson est facilement reconnaissable avec son museau plat et pointu et ses gros yeux.

    porte écuelle de candolle

    En fuyant la lumière de ma lampe le porte écuelle de Candolle part se réfugier dans un trou où il dérange une crevette nettoyeuse (Lysmata seticaudata) qui est obligée de changer d'air. Une aubaine pour moi, j'en profite pour essayer de lui faire un portrait détaillé mais elle est particulièrement timide et reste à moitié cachée derrière un oursin noir. Je tente quand même une expérience puisqu'il s'agit d'une crevette habituée à inspecter les poissons et notamment les dents acérées des murènes, je lui tend mon doigt. Son instinct nettoyeur est le plus fort car elle vient jeter un coup d’œil à mon gant quelques secondes avant de repartir !

    crevette nettoyeuse

    J'entre dans une nouvelle grotte toute aussi belle. Comme la nuit est sur le point de tomber les madrépores œillets (Caryophyllia inornata) s'ouvrent et déploient leurs tentacules.

    madrépores oeillets

    Dans le creux des éponges pierres (Petrosia ficiformis) je repère deux doris dalmatiens (Peltodoris atromaculata) , il y a vraisemblablement toute une population de cette espèce de nudibranche dans les grottes.

    doris dalmatien  

    doris dalmatien

    Au fond de la grotte je découvre une magnifique anémone tomate (actinia equina)f qui est parfaitement déployée. Sa couleur rouge vif et le pourtour violacé de son pied offre un contraste éblouissant.

     anémone tomate

    En prenant le chemin de la sortie je remarque dans un petit conduit obscur un apogon. Je tente de l'approcher et alors que je m'apprête à déclencher la photo je suis surpris par une longue masse sombre qui passe rapidement juste au dessus de mon bras ! En me rétractant je réalise une image par réflexe et la consulte sous l'eau pour voir de quoi il s'agissait. je découvre sur l'écran que c'est une motelle à trois barbillons (Gaidropsarus mediterraneus) qui, affolée, est vite partie se réfugier dans un trou. Sur le coup je crois qu'on a été aussi surpris l'un que l'autre ! Je vous propose la photo de la rencontre éclair pour l'anecdote car bien évidemment elle n'est pas du tout cadrée ...

    mostelle

    Passé la surprise j'essaye de la retrouver. Au bout d'un moment la curieuse sort sa tête d'un trou histoire de voir si je suis toujours là.

    mostelle

    En quittant la grotte je croise une autre crevette nettoyeuse. Elle est peu évidente à distinguer car elle a presque la même couleur que la paroi rocheuse.

    crevette nettoyeuse

    Je me dirige maintenant vers la célèbre grotte aux alcyonnaires. Au passage je photographie un beau triptérygion rouge (Tripterygion tripteronotus) mâle en livrée de reproduction.

    triptérygion rouge

    Dans la grotte aux alcyonnaires je remarque sur le sol une grosse éponge noire qui se déplace ... On dirait qu'il y a un animal qui bouge au dessous. En y regardant de plus près je découvre un gros crustacé trapu qui se débat avec l'éponge qu'elle porte sur le dos. En fait il s'agit d'une dromie (Dromia vulgaris), un crabe qui se fond parfaitement dans le décors. Seule son éponge a trahi sa présence, jugez sur la photo, la dromie se distingue à peine !

    dromie 

    Pour terminer ma sortie je contourne la grotte aux alcyonnaires pour allez visiter les massifs rocheux situés juste derrière elle. A cet endroit je m'approche du cap de la petite crique du Mugel. Ces rochers sont très intéressants, riches en aspérités qui méritent d'être fouillées.

    Je surprends dans l'une d'entre elles une grande rascasse brune (Scorpaena porcus), on se retrouve face à face et elle n'a pas l'air contente !

    rascasse brune  

    Voilà un joli triptérygion nain (Tripterygion melanurum) qui se distingue du triptérygion rouge par sa couleur orange et les nombreux points blancs présents sur sa tête.

    triptérygion nain

    Un peu plus loin je tombe sur des grandes crevettes roses (Palaemon serratus), elles sont plus grandes et moins translucides que les calembos. Elles présentent aussi quelques notes de couleur sur les pattes et les yeux qui sont du plus bel effets.

    grande crevette rose 

    Avec l'éclairage de lampe les castagnoles sont toujours aussi jolies avec, je n'ai jamais aussi bien vu les notes de bleu présentes sur leurs nageoires.

    castagnole

    Je termine la sortie avec une belle observation. Sur un tombant vertigineux je remarque sur un brin d'algues deux petites hervias (Cratena peregrina), de magnifiques limaces de mer. Le courant présent dans la passe fait qu'elles sont ballotées dans tout les sens, dans ces conditions il n'est pas évident de réaliser des images très précises.

     hervia

    hervia

     Voilà, ma sortie crépusculaire s'achève. Je sors de l'eau sous un beau clair de Lune, des souvenirs pleins la tête. Une chose est sûre, je reviendrai, je ne me lasse pas de site de snorkeling !

    Petit Mugel au Soleil couchant

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png      Localisation de la calanque du Petit Mugel

    La calanque du Petit Mugel est située sur la commune de La Ciotat près du cap du Bec de l'Aigle et en face de l'île Verte. Le Mugel est une réserve naturelle qui offre un environnement minéral remarquable constitué de poudingues, des roches sédimentaires chargées d'anciens galets que la mer érode lentement, d'où la présence de nombreuses cavités à explorer en snorkeling.

     

    http://ekladata.com/tcY-GEva1mo6d-Yj2tJcFAt1t_Y/Petit-Mugel-map.png

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :