• Le Petit Mugel au Soleil couchant

    L'été est revenu, le vent s'est calmé et la température de l'eau remonte. J'en profite pour me lancer dans une nouvelle exploration du Petit Mugel, mais cette fois-ci j'ai envie de découvrir la faune des lieux au soleil couchant. En cette saison cela vaut le coup de se rendre tardivement sur ce site de snorkeling car il y a moins de monde dans la crique et à partir de 19h le stationnement est gratuit ! Avec une mer à 22°C je peux me mettre à l'eau sans trop de difficulté, juste équipé du top en néoprène de 1 mm. Avant de disparaître dans le monde aquatique j'admire le joli spectacle de la Lune se levant au dessus de l'île Verte.

    Petit Mugel

    Sous l'eau la transparence est assez moyenne, l'été c'est assez régulièrement le cas. Mais ce qui m'intéresse surtout c'est la falaise et les grottes, donc je traverse la baie et délaisse les herbiers de posidonies. le long de la paroi je rencontre tout d'abord un imposant térébelle, le fameux vers spaghetti qui déploie un réseau de longs filaments tentaculaires.

    terebelle spaghetti

    Un peu plus loin c'est une fraise de mer qui attire mon attention avec sa couleur vive. Cet organisme filtreur est fixé sur l'affleurement rocheux qui marque l'entrée d'une grotte. 

     fraise de mer

    Dans la grotte il commence à faire sérieusement sombre, heureusement que j'ai lampe Qudos Action pour m'éclairer. Entre les éponges je découvre plusieurs blennies à tête noire (microlipophris nigriceps). Apparemment elles sont de sortie à l'arrivée du crépuscule. 

    blennie à tête noire

    Les ascidies dans cette grotte sont très belles. Voici une jolie synascidie de Lacaze (Polysyncraton lacazei) de couleur blanche alors qu'elles sont généralement plutôt orange ou rouge. Ses petits orifices inhalants ressemblent à des étoiles, çà vaut le coup de visionner l'image en grand, n'hésitez pas à cliquer dessus !

    synascidie de lacaze

    Revoilà une blennie à tête noire mais avec une livrée orange cette fois-ci. Durant la sortie je vais croiser pas moins de six spécimens, cette période de la journée semble propice à son observation.

    blennie à tête noire

    Même si il faut passer du temps à scruter les parois de la grotte pour ne rien rater des petits animaux qui y vivent, il peut également être intéressant de regarder le sol de la grotte qui est jonché de gros galets car on y trouve également de la faune. Cette fois-ci j'y repère de petits rougets de roche (mullus surmuletus) qui inspectent le fond avec leurs barbillons.

    rouget barbet

    Je relève la tête et aperçois une grosse éponge pierre (petrosia ficiformis) reconnaissable à sa couleur brique un peu violacée.

    éponge pierre 

    Juste au dessus un triptérygion nain (tripterygion melanurum) joue les acrobates la tête en bas sur une crête rocheuse.

    triptérygion nain

    Je m'approche de la sortie de la grotte mais les surprises ne sont pas terminées. Je tombe à nouveau sur une magnifique synascidie de Lacaze (Polysyncraton lacazei) mais celle-ci est bien plus développée que la précédente.

    synascidie de Lacaze 

    Il faut vraiment avoir l’œil partout lors de ces explorations. Juste au dessous de l'ascidie un gobie de Paganel (gobius paganellus) se repose. Ou plutôt il semble guetter un pauvre petit crabe porcellane poilue (porcellana platycheles) qui tente de se camoufler dans la roche en se plaquant au sol et en restant parfaitement immobile. Il se situe juste à quelques centimètres de la bouche du poisson !

    gobie de Paganel

    La porcellane poilue est une cousine miniature de la galathée. Avec sa carapace ronde et pointue au niveau de la tête il y a bien un air de famille. Bon, j’éteins vite ma lumière pour ne pas influer sur le résultat du duel et trahir la présence du petit crustacé car j'ai l'impression que sa tactique semble fonctionner.

    porcellane poilue

    Je quitte la grotte et m’apprête à visiter la suivante. Juste à l'entrée une galathée (galathea squamifera) monte la garde.

    galathée

    Au fond de cette grotte l'eau est peu profonde. Dans une cavité sous la paroi pentue je distingue un très bel apogon (Apogon imberbis). Par chance il n'a pas trop de possibilités pour s'enfuir ce qui me permet de réaliser son portrait détaillé. Admirez les motifs originaux présents sur son œil.

    apogon 

    Il y a moins de choses à observer par ici mais rien que pour l'apogon cette visite valait le coup ! En me dirigeant vers la sortie je fais quand même une autre rencontre. Au sol sur les galets un gobie de Paganel (gobius paganellus) me fais face. Très confiant en sa capacité à se fondre dans le décors il apparaît imperturbable et se laisse photographier sans problème.

    gobie de Paganel

    Il commence malheureusement à se faire tard et j'entame le chemin du retour. En passant au dessus des herbiers de posidonies je découvre une petite araignée de mer (maja crispata), voilà une observation qui me ravit car çà fait longtemps que je cherchais à en voir une, malheureusement elles me semblaient bien plus communes quand j'étais plus jeune ...

    araignée de mer

    Cette observation me donne finalement envie de prolonger un peu les explorations. Il y a un gros rocher juste en face du promontoire où j'ai laissé mes affaires et je décide d'en faire le tour. J'admire un petit triptérygion nain, ils sont assez nombreux sur ce site.

    triptérygion nain

    Sur ce versant du rocher je rencontre les trois espèces d'oursins qui fréquentent les lieux, à commencer par le magnifique oursin granuleux (Sphaerechinus granularis) avec ses piquant violacés et ses pointes blanches.

    oursin granuleux

    L'oursin noir (arbacia lixula) est très foncé, il n'est du coup as facile à photographier ! Il possède un réseau de piquants très dense et n'éprouve pas le besoin de se couvrir de débris pour se camoufler.

    oursin noir

    Et voilà la troisième espèce qui est la plus répandue, à savoir l'oursin commun (Paracentrotus lividus). Il s'agit de l'oursin comestible, il est facile à reconnaître grace aux petits anneaux blancs qui marquent la base de ses piquants.

    oursin commun 

    Voilà une agréable sortie estivale qui se termine. Le site du Petit Mugel n'a pas failli à sa réputation, à chaque sortie les observations sont nombreuses et variées. Puis la crique est tellement belle au Soleil couchant qu'on ne veut plus sortir de l'eau. Une expérience à  renouveler !

    grand Mugel

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png       Localisation de la calanque du Petit Mugel

    La calanque du Petit Mugel est située sur la commune de La Ciotat près du cap du Bec de l'Aigle et en face de l'île Verte. Le Mugel est une réserve naturelle qui offre un environnement minéral remarquable constitué de poudingues, des roches sédimentaires chargées d'anciens galets que la mer érode lentement, d'où la présence de nombreuses cavités à explorer en snorkeling.

     

    http://ekladata.com/tcY-GEva1mo6d-Yj2tJcFAt1t_Y/Petit-Mugel-map.png

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :