• Las Coloradas à marée haute pour la dernière plongée à Lanzarote

    C'est déjà la veille du départ de Lanzarote. Je ne suis pas encore parti et cette île me manque déjà ... Il me reste encore un peu de temps pour en profiter et effectuer une dernière sortie le matin, du coup je file rejoindre mon spot à playa Las Coloradas. Cette fois-ci la marée est assez haute, la plateforme rocheuse d'où je m'élance d'habitude est sous l'eau. Pour changer un peu je vais faire la mise à l'eau depuis la plage et commencer par nager au dessus des grandes étendues sablonneuses.

    playa Las Coloradas Lanzarote

    Aujourd'hui j'ai plus de chance que lors des précédentes sorties, l'eau a retrouvé sa clarté et il n'y a quasiment pas de méduses à l'horizon. Je passe pas mal de temps à scruter le désert de sable clair tout en évoluant jusqu'au milieu de la baie mais rien n'y fait, aucune raie, sole ou requin ange à l'horizon ...

    Je parviens maintenant à une bouée ancrée au fond sablonneux, assez loin de la côte.

    Dans ce grand désert de dunes sous-marine ce support solide fait figure d'oasis de vie.

    Sous la bouée, sur le cordage, les algues, les éponges ou les ascidies se sont développées. Par contre je n'y observe pas de poissons.

    Pendant que j'inspecte la bouée un petit banc de palomines (trachinotus ovatus) me contourne. Ces élégants poissons argentés de la famille des carangues sont d'excellents nageurs qui évoluent rapidement en pleine eau. On les reconnaît facilement à leur queue en ciseaux et leurs pointes noires. J'avais déjà eu l'occasion de les observer lors de mon séjour à Majorque en 2015.  

    palomines

    Je rejoins la côte et retrouve les petits fonds où je tombe sur un tetrodon nain qui passe furtivement devant moi. J'aime beaucoup ce poisson, je trouve qu'il a une bonne bouille. 

    tetrodon nain

    Puis je découvre parmi les rochers une drôle de boule grise peu ragoutante dont l'aspect semble organique. Il s'agit bel et bien d'un être vivant, plus précisément d'un gros lièvre de mer ocellé (aplysia dactylomela) qui s'est recroquevillé sur lui même pour se reposer sur le fond.

    lièvre de mer ocelé

    Le lièvre de mer ocellé est beaucoup plus clair que celui que l'on observe habituellement en Méditerranée. Sa peau est couverte de petits anneaux sombres caractéristiques. Je regrettais justement de ne pas avoir pu repérer de limaces de mer depuis le début de mon séjour à Lanzarote, j'ai été exaucé avec ce lièvre de mer tropical, même si dans cette posture de grosse boule informe l'animal n'est pas le plus élégant et majestueux que l'on puisse observer ... Notons que quelques spécimens ont été trouvés en Méditerranée depuis les années 2000, peut-être un témoignage supplémentaire du réchauffement climatique ?

    lièvre de mer
    Je retrouve maintenant un gros rocher posé en bordure des fonds sablonneux, il m'a servi de repère dans les explorations toute la semaine. Il sert d'abri à quelques castagnoles à queue rayée (chromis limbata) que j'ai croisé à chacune de mes plongées sans parvenir à les photographier correctement.

    castagnole à queue rayée

    Ces cousines de nos castagnoles Méditerranéennes (chromis chromis) sont plus claires et possèdent deux traits sombres sur les bordures de leur nageoire caudale. Les castagnoles à queue rayée vivent un peu plus profondément que les demoiselles à ailes bleues, on en croise peu à proximité de la surface.

    castagnole à queue rayée

    En m'approchant des petites cavités sombres visitées la veille, je tombe sur un gros serran écriture (serranus scriba) posé sur le sable. Comme il se sent surveillé il part se réfugier dans une petite anfractuosité que je descends visiter pour l'observer de plus près.

    serran écriture
    La version canarienne de cette espèce n'est pas tout à fait semblable à celle observée sur les côtes provençales, les bandes blanches et noires présentes sur les flancs de ce serran de Lanzarote sont beaucoup plus larges que sur les spécimens du nord de la Méditerranée.

    serran écriture

    Au pied de l'escalier qui sert de point de mise à l'eau pour les plongeurs de l'hôtel qui surplombe les falaises de playa Las Coloradas je remarque de drôles de crochets plantés dans les rochers. Ils sont colonisés par les algues et le coralligène.

    Je peux m'y accrocher en apnée pour guetter les girelles paons et les demoiselles qui passent par là.

    girelle paon femelle

    girelle paon mâle

    Un tetrodon nain (canthigaster capistrata) curieux longe également la crête rocheuse voisine et plonge rapidement dans ma direction pour m'observer.

    tetrodon nain

    Fixé au fond de l'eau, j'ai également la surprise d'observer un poisson perroquet méditerranéen mâle (sparisoma cretense) qui passe pas loin de moi. Il est extrêmement craintif et se déplace très rapidement. Il est tellement agité qu'il est parfaitement illusoire d'essayer de le suivre ... Le seul moment où je parviens à le photographier c'est quand son attention est détournée par une éventuelle source de nourriture !

    poisson perroquet

    Je poursuis mes explorations parmi les rochers où je croise pas mal de poissons qui évoluent au gré du va et vient des vagues. Dans cette zone secouée par la houle, les oblades juvéniles (oblada melanura) se mélangent aux girelles et aux demoiselles à ailes bleues pour former de petits bancs.

    oblades

    Parmi les algues courtes qui tapissent les blocs volcaniques immergés je distingue du coin de l’œil une silhouette qui déambule lentement. Celle-ci me paraît familière. En m'approchant de plus près pour l'identifier, je reconnais un crabe plat des oursins (percnon gibbesi), un crustacé très profilé et coloré que j'ai déjà eu l'occasion d'observer à Khao Lak en Thaïlande en 2017, à des milliers de kilomètres d'ici !

    crabe plat des oursins

    Pendant que je photographie le crabe, il semble que je dérange une grande blennie à lèvre rouge (ophioblennius atlanticus) qui part se réfugier derrière la paroi d'un rocher.

    blennie à lèvre rouge

    Ici aussi les rochers abritent quelques cnidaires, voici une anémone des sargasses (anemonia sargassensis).

    anémone des sargasses

    Voilà, la dernière plongée à Lanzarote s'achève. Même si les remous de la marée, les méduses et la houle ne m'ont pas permis d'en profiter autant que je l'aurais voulu, cette semaine j'ai quand même passé de très bons moments à Las Coloradas. La météo clémente et le climat printanier de cette île m'aura permis de plonger au mois de novembre sans combinaison, c'est tout de même particulièrement appréciable. Les magnifiques paysages volcaniques sur terre et les poissons colorés sous l'eau m'en auront mis plein les yeux. Le seul regret que j'ai c'est de ne pas avoir pu voir de raies ou le mythique requin ange, mais qui sait, se sera peut-être pour un prochain séjour !

     

     

    Après la plongée : La promenade et la marina de Rubicon à Playa Blanca

     

    La playa Las Coloradas se situe au sud de l'île de Lanzarote, dans le quartier de Rubicon à Playa Blanca. Rubicon est un lieu de villégiature très agréable, même si on n'y trouve essentiellement de grands complexes hôteliers ce lieu reste calme et paisible.

    Une grande et magnifique promenade aménagée longe le bord de mer et offre une vue imprenable sur l'océan, les falaises volcaniques du littoral et au loin sur l'île de Fuerteventura.

    Cette promenade permet notamment d'accéder au castillo de San Marcial de Rubicon, une tour défensive érigée en 1741 par l'ingénieur Claudio de l'Isle sous les ordres du gouverneur Espagnol pour repousser les incursions des pirates Berbères, Anglais ou Français.


    Rubicon abrite également une belle marina où l'on trouvera des commerces et de sympathiques restaurants et bars à tapas où se restaurer à l'heure espagnole. 

    marina Rubicon Lanzarote

     

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png    

    Playa Las Coloradas à Lanzarote

    La plage de Las Coloradas est située au sud de l'île de Lanzarote dans la station balnéaire de Playa Blanca. Il s'agit d'une plage de sable volcanique foncé et de galets dont l'ambiance est assez paisible, surtout hors saison estivale. La plage s'étire sur près de 400 mètres de long, elle est bordée à l'est et à l'ouest par de grandes falaises sombres où l'on trouve pas mal de faune marine à observer en snorkeling. L'intérieur de la baie comporte de grandes étendues sablonneuses. Au large de playa Las Coloradas se trouve le parc Atlantico où des statues sont immergées par quinze mètres de fond. Il s'agit d'une curiosité intéressante pour les plongeurs équipés de bouteilles qui peuvent aller nager au milieu des œuvres d'arts fixées sur les fonds sablonneux. Notons également qu'une belle promenade longe la plage et mène jusqu'à la marina de Rubicon. Cette promenade offre de magnifiques points de vus surplombant la mer et falaises volcaniques. Au loin, le regard porte jusqu'à l'île voisine de Fuerteventura.

     

     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    nico06
    Mardi 10 Décembre 2019 à 10:05

    Bonjour,

    J'ai en projet d'aller aux Canaries l'an prochain et j'aurais voulu savoir si vous avez visité d'autres spots intéressants pour la randonnée palmée sur l'île. Quelle est la température de l'eau à Lanzarote, à t'on besoin d'une combinaison ?

    2
    Mardi 10 Décembre 2019 à 10:51

    Bonjour,

     

    Non je n'ai pas essayé d'autres spots que Las Coloradas à Lanzarote. Mais il y a pas mal de coin à tester sur l'île. Dans le sud il y a playa Papagayo dans la réserve de Los Ajaches, à playa Blanca il y a aussi playa Flamingo. Cette dernière est protégée par des digues où il est possible d'observer des bancs de sardines et des scènes de chasse avec des barracudas. Par contre il paraît qu'il y a du courant au delà des digues et du coup il faut être vigilant.

    Sur la côte est il y a aussi playa Chica à Puerto del Carmen qui est assez réputée. Bref il y a de quoi s'amuser.

    Les plongeurs bouteilles eux apprécient d'aller dans le nord pour plonger autour de l'île de Graciosa qui est également une réserve de la biosphère.

    Sinon la mer était à 19-20°C durant ce mois de novembre et j'ai pu plonger en maillot, seulement équipé de mon top néoprène de 1 mm, de mes gants, mes bottillons et mes palmes courtes. Si j'avais eu ma combi de 2 mm en plus j'aurais été vraiment à l'aise mais même sans elle je n'ai pas vraiment eu froid. Normalement l'été la mer est à 22-23°C il me semble.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    nico06
    Mardi 17 Décembre 2019 à 15:48

    Merci pour ces infos !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :