• La vie marine cachée dans les falaises de Sainte-Croix

    Après un terrible épisode caniculaire où la mer a atteint à Marseille une température proche de 27°C par endroit, un bon coup de vent est passé par là et a contribué à un rafraichissement général de la Méditerranée, qui pour le coup s'est même un peu trop rafraichie ! J'ai pu le constater lors d'une petite sortie snorkeling du côté de la plage de Sainte-Croix sur la Côte Bleue où j'ai retrouvé les fonds marins par une température aquatique de ... 17°C ! En plein moi de juillet çà surprend ! Du coup je regrette de n'avoir pris que le top néoprène de 1 mm, mais bon, je vais faire avec. Aujourd'hui je vais explorer la falaise rocheuse qui borde la grande plage de sable fin.

    Sainte-Croix

    L'avantage d'avoir une mer moins chaude c'est que la transparence sous l'eau devient meilleure et les organismes marins se portent bien mieux. Généralement lorsque la Méditerranée devient trop chaude les algues microscopiques phytoplanctoniques pullulent et peuvent carrément rendre l'eau opaque, puis nauséabonde et appauvrie en oxygène lorsqu'elles meurent et se décomposent. Il s'agit d'un phénomène néfaste pour la vie sous-marine appelé le "bloom". Du coup je ne vais donc pas trop me plaindre de l'eau fraiche et profiter de la limpidité qui me permet d'observer sans problèmes les bancs de poissons qui passent autour de moi.

    Je repère rapidement parmi les rochers un beau duo de blennies gattorugines (Parablennius gattorugine), elles sont posées l'une à côté de l'autre.

    C'est assez rare d'en observer deux aussi proches, peut-être s'agit t'il d'un mâle et d'une femelle ?

    blennie gattorugine

    En explorant les anfractuosités de la falaises je découvre de belles zones couvertes de coralligène. Le didemne commun (didemnum commune) est une ascidie très répandue sur ce site.

    didemne commun

    didemne commun

    De nombreuses ophiures lisses (Ophioderma longicauda) se cachent dans les trous et attendent la nuit pour sortir, j'en ai rarement observé autant. L'ophiure lisse est un prédateur nocturne actif et plutôt vorace. Elle se nourrit d'invertébrés enfouis dans le sédiment, comme les vers et les bivalves. Il est rare de l'observer en plein jour sauf si on a la curiosité d'aller fouiner sous les rochers.

    ophiure lisse

    En baissant la tête je remarque au pied de la falaise de nombreux rougets barbets de roche juvéniles (Mullus surmuletus) qui inspectent le fond marin avec leurs barbillons.

    rouget barbet

    Je continue à explorer attentivement la paroi en nageant lentement quand mon attention est attirée par un petit objet jaune-orangé de forme spiralée. Après un coup d’œil rapproché je reconnais une ponte d'organisme sous-marin. La forme spiralée du ruban d’œufs fait penser à la ponte d'une limace de mer, peut-être celle d'un doridien. Du coup je croise les doigts pour tomber sur l'auteur.

    Et justement, non loin de là je devine une petite tache bleutée qui déambule au milieu des algues courtes, elle n'est pas plus grande que l'ongle du petit doigt de la main. En y regardant de plus prêt j'identifie un petit nudibranche doridien, il s'agit d'un minuscule doris de Krohn. Est-ce que la ponte était la sienne ?

    doris de Krohn

    Les doris de Krohn sont nommés ainsi pour rendre hommage au biologiste allemand August David krohn. Comme la majorité des doridiens ils arpentent les surfaces rocheuses ombragées en quête d'éponges dont ils sont friands. La surprise c'est qu'en fait ils sont deux, un second nudibranche est caché parmi les algues et le premier vient à sa rencontre !

    Le milieu rocheux est particulièrement apprécié par les blennies. On y trouve plusieurs espèces différentes et cette fois-ci c'est une blennie diabolo (parablennius incognitus) qui se dresse sur un petit promontoire juste devant moi.

    blennie diabolo

    Pour terminer la sortie en beauté je découvre en passant la tête sous un rocher un nouveau doris de krohn (felimida krohni) qui arpente la paroi supérieure de la cavité. C'est donc la tête à l'envers et en réalisant une belle acrobatie que je parviens à lui tirer le portrait ! Ce dernier est un peu plus gros que les deux précédents, mais il ne dépasse pas 2,5 cm de long !

    doris de Krohn

    En retournant vers la plage je découvre à la lisière entre un gros bloc rocheux et le fond de sable une blennie pilicorne (parablennius pilicornis) en livrée sombre dont on devine encore les motifs tachetés. Ce spécimen qui s'est très rapidement enfui à mon arrivée était vraisemblablement un mâle reproducteur. Cette blennie originaire des mers tropicales et tempérée colonise petit à petit le nord de la Méditerranée à la faveur d'un réchauffement climatique.

    blennie pilicorne

     


     

     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png       La plage de Sainte-Croix

    La plage de Sainte-Croix se trouve sur la Côte Bleue entre Sausset-les-Pins et la Couronne. Cette plage de sable fin est située dans une large anse bordée de falaises rocheuses qui sont intéressantes à explorer en snorkeling. Elle est surmontée d'un grand parking payant mais si la marche ne vous rebute pas il est possible de trouver des places de stationnement le long de la route qui y mène. Cette plage est très fréquentée en saison estivale car elle est surmontée de grands campings qui servent notamment de décors pour la série télévisée "Camping paradis".

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    gillounet
    Mercredi 17 Juillet à 11:46

    Coucou Laurent,

    Encore une belle plongée, mais un peu frisquette à ce que je vois. Il semblerait que les œufs spiralés ne soient pas ceux du doris de Krohn de couleur blanche (cf p.162 Bergbauer et Humberg - La vie sous-marine de Med - Delachaux et Niestle 2018).

    Eh oui, je lis maintenant !

    2
    Mercredi 17 Juillet à 14:34

    Salut Gilles !

    Excellent :) Avec cette sortie de snorkeling et les préparatifs pour l'éclipse partielle de Lune du 16 juillet je n'avais pas eu le temps de vérifier ce qu'il en était de la ponte des doris de Krohn. Grace à toi c'est chose faite !

    Donc ce n'est pas leur ponte et il reste à identifier à quelle espèce ces œufs appartiennent ... Sinon il a l'air bien ce livre :)

    A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :