• La richesse des fonds sous-marins du Petit Mugel

    Difficile de trouver un créneau pour plonger en ce moment car le mistral souffle en continu depuis pas mal de temps. Heureusement il y a une solution pour retourner à l'eau lorsque le vent de nord sévit : la calanque du Mugel à la Ciotat. En effet les hauts massifs de poudingue qui entourent la petite crique agissent comme un coupe vent très efficace. malgré le mistral, le Soleil brille, la mer et calme et les premières cigales de l'année se font entendre, un agréable petit air d'été flotte sur cette sortie !

    Petit Mugel

    Il n'y a que dans l'eau que l'ambiance estivale ne se fait pas sentir, le vent à clairement fait chuter la température de la Méditerranée ... J'essaye de ne pas trop penser à cette fraicheur et je m'élance dans un vaste nuage de centaines d'athérines qui nagent près du bord.

    Au dessous d'elles, dans l'herbier de posidonie se cachent quelques poissons, notamment un petit crénilabre ocellé (symphodus ocellatus) que je photographie vers trois mètres de profondeur.

    Au pied d'un talus de posidonie je découvre une ascidie rouge (halocynthia papillosa). Voilà un moment que je n'en avais plus observé. On oublie parfois que les herbiers peuvent également abriter d'autres formes de vie que des poissons.

    ascidie rouge

    En pénétrant dans les grottes sombres les ascidies deviennent plus nombreuses. Elles peuvent prendre des formes et des couleurs très surprenantes, pour le plus grand plaisir des yeux des plongeurs à l'image de cette synascidie de Lacaze (Polysyncraton lacazei).

    Ou de cette fraise de mer (aplidium elegans).

    Le premier nudibranche rencontré lors de cette sortie est un petit doris dalmatien (Peltodoris atromaculata). Il semble au repos car il est étalé de tout son long dans un creux protecteur et il a rétracté ses rhinopores ainsi que son panache branchial. Ces doris apprécient de brouter les éponges pierres et ici on en trouve pas mal dans les grottes, ce qui explique certainement sa présence.

    doris dalmatien

    Le coin est également fréquenté par les petits triptérygions nains (Tripterygion melanurum) qui se distinguent des triptérygions rouges par leur taille plus petite, les nombreuses petites taches bleues présentes sur leur tête mais aussi par leur museau plus pointu.

    triptérygion nain

    Une crevette nettoyeuse (lysmata seticaudata) se présente à moi à l'entrée d'un petit trou voisin du promontoire ou je photographie le triptérygion nain. Je suppose que l'éclairage de ma lampe a suscité sa curiosité, la lumière ayant subitement sorti la paroi rocheuse de son obscurité habituelle. Je saisis vite cette chance pour lui tirer le portrait  car dès que j'ai tourné le faisceau lumineux vers elle, la crevette est rapidement retournée dans sa cachette ... D’ailleurs si j'ai un conseil à vous donner, c'est d'utiliser un éclairage bien uniforme, pas trop cru et pas trop puissant pour photographier les animaux sous-marins car la majorité d'entre eux fuient la lumière.

    Qui dit crevette nettoyeuse, dit souvent murène ! En effet, nos petits crustacés rouges ont pour passe temps favori de déparasiter le museau de ces célèbres poissons serpentiformes. Du coup j'inspecte les cavités alentours et je ne tarde pas a en trouver une ! Voici une petite murène commune (muraena helena) bien timide car elle se cache à chaque fois que je tente de l'approcher.

    murène

    La murène n'est pas le seul gros prédateur du coin, une grosse rascasse brune (scorpaena porcus) à la mine boudeuse est également à l'affut.

     

    En quittant cette grotte j'observe que son entrée est gardée par une blennie de Zvonimir (Parablennius zvonimiri) qui est fièrement posée sur son rocher tel un sphinx. Il s'agit vraisemblablement d'un mâle à la parade dont la teinte  vire au rouge pour attirer les femelles. Notez les beaux reflets rouges et verts présents sur l'avant de sa voile dorsale déployée.

    blennie de Zvonimir

    Question couleur le mâle du triptérygion rouge (Tripterygion tripteronotus) n'a rien a lui envier, celui-ci est rouge écarlate !

    triptérygion rouge

    Je parviens désormais jusqu'à une petite falaise ombragée où je repère une hervia (cratena peregrina) accrochée à une branche d'eudendrium de Méditerranée particulièrement riche en polypes. De quoi faire un vrai festin pour notre limace de mer !

    hervia

    Les hervias sont assez fréquentes sur notre littoral mais on ne se lasse jamais de les photographier.

    hervia

    Je continue à explorer ce petit tombant ombragé lorsque je me retrouve nez à nez avec une armée de piquants nichée dans une anfractuosité. Ces bras hérissés de pointes appartiennent à une grosse étoile de mer glaciaire (Marthasterias glacialis).

    étoile de mer glaciaire

    Juste à l'étage inférieur se trouve une petite cavité immergée qui abrite toute une famille d'apogons communs (apogons imberbis). On peut les observer facilement en retenant sa respiration et en passant la tête dans la petite grotte.

    apogons

    Les apogons ne sont pas faciles à approcher, encore une espèce qui fuit la lumière des lampes à toute vitesse. Mais quand on parvient à les approcher d'un peu plus près on constate qu'ils font partie des plus beaux poissons méditerranéens avec leurs grands yeux noirs zébrés de blanc.

    apogon

    Une autre grotte plus importante abrite quelques athérines cachées dans l'obscurité. Il existe plusieurs espèces d'athérines mais elles se ressemblent beaucoup et il n'est pas toujours évident de distinguer leurs différences sous l'eau car ces poissons sont petits. 

    athérine

    Dans la partie la plus sombre de la grotte je surprends une mostelle, plus précisément une motelle à trois barbillons (Gaidropsarus mediterraneus). Ce poisson apprécie les environnements rocheux et obscurs, on le rencontre difficilement en journée car elle reste cachée dans les grottes et les failles.

    mostelle

    La mostelle a une activité plutôt nocturne, du coup elle est moins difficile à observer en plongée de nuit.

    mostelle

    Je quitte les grottes pour rejoindre l'étroit corridor qui mène au cap de Nege Froume. J'évolue le long du tombant qui borde ce couloir marin, celui-ci est faiblement éclairé par le Soleil et abrite de nombreux hydraires du genre eudendrium de Méditerranée. Comme il s'agit de la nourriture favorite des hervias (cratena peregrina) j'ouvre l'oeil et je ne tarde pas à en repérer une de belle taille. Celle-là c'est une hervia de compétition !

    hervia

    Au pied du tombant vers quatre mètres de profondeur un crénilabre ocellé (symphodus ocellatus) mâle prépare son nid d'algues, la période de reproduction bat son plein. Il arbore une ocelle très colorée sur l'opercule pour attirer les femelles.

    crénilabre ocellé

    Le mâle, très coloré, photographié en compagnie d'une femelle plus petite et plus sombre, elle est visible sur l'image dans le coin en bas à gauche.

    crénilabre ocelé

    Cette sortie au Petit Mugel prend fin, une fois de plus je n'ai pas été déçu par la richesse de la vie sous-marine observée sur ce spot de snorkeling qui fait partie des incontournables de notre littoral et qui mériterait vraiment de devenir une réserve marine au même titre que le Cap Rousset !

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png       La calanque du Petit Mugel

    La calanque du Petit Mugel est située sur la commune de La Ciotat près du cap du Bec de l'Aigle et en face de l'île Verte. Le Mugel est une réserve naturelle qui offre un environnement minéral remarquable constitué de poudingues, des roches sédimentaires chargées d'anciens galets que la mer érode lentement, d'où la présence de nombreuses cavités à explorer en snorkeling.

     

     


  • Commentaires

    1
    gillounet
    Jeudi 18 Juin à 19:36

    Encore de très belles photos. Les hervias sont magnifiques. C'est vrai qu'on ne s'en lasse pas.

    Tu as raison. Ce coin est un trésor et mériterait d'accéder au rang de réserve marine protégée.

    2
    Pascal Lebrun
    Jeudi 18 Juin à 21:27

    Très belles photos qui permettent de patienter jusqu'aux vacances ... Merci Laurent cool

    3
    Vendredi 19 Juin à 00:54

    Merci à tout les deux, cette sortie était vraiment inspirante pour les photos, et l'eau était assez claire ce qui a pas mal aidé.

    @ Gilles : Oui les hervias du Mugel sont photogéniques, elles prennent la pose avec leur meilleur profil. Entre André toi et moi qui les photographions à chaque visite sur ce spot je crois qu'elles se sont habituées aux paparazzis sous-marins ;)

    Sinon j'ai été vraiment content de voir que cette fois-ci il y avait beaucoup de plongeurs avec des appareils photos et caissons étanches au Mugel et zéro chasseurs munis de harpons. Certains avec du matos photo vraiment impressionnants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :