• Equipement de snorkeling

    Le masque

     

    J'utilise la majorité du temps un masque classique car le masque easybreath que je possède également présente un inconvénient à ne pas négliger : il ne permet pas d'aller sous l'eau. Selon la profondeur du site de plongée, il est parfois nécessaire de plonger en apnée pour aller découvrir la faune, il faut alors repasser à un équipement classique avec masque et tuba.

    snorkeling la réunion

    Snorkeling avec l'équipement classique (masque et tuba) dans le lagon de l'Ermitage à la Réunion

     

    J'ai remplacé récemment mon masque Tribord mono-verre de base qui commence à être usé par un nouveau masque Aqua Lung Sport Sphera beaucoup plus élaboré. En effet, ce dernier présente pas mal d'avantages, il offre un profil courbé pour offrir une vision à 180°, il est très léger et se fait facilement oublier grace à son cadre en technopolymère. Le zone couvrant le nez est également bien dégagée pour permettre de décompresser durant les descentes en apnée. De plus, l'optique est en plexisol incassable et 100% anti UVA et UVB. C'est le masque qui a actuellement ma préférence !

     masque Aqualung sphera

     

    Quant au masque Tribord Easybreath, il est très confortable, il offre le plaisir de pouvoir respirer normalement par le nez et de bénéficier d'une vue vraiment panoramique ! On peut l'ajuster parfaitement au visage grace aux deux lanières situées au bas du masque, les infiltrations d'eau sont rares et minimes. Afin de parfaitement équilibrer le masque il vaut mieux tirer sur les deux lanières en même temps. Par contre le masque Easybreath est un masque de surface, avec lui on ne peut pas plonger sous l'eau et c'est pour cette raison que je ne l'utilise qu'occasionnellement.

     

    masque easybreath

     Avec le masque easybreath on a une vraie "gueule" d'aquanaute !

     

    Le tuba

    J'ai trouvé mon bonheur avec un tuba de snorkeling Tribord possédant une soupape d'évacuation qui permet de chasser d'un simple souffle la salive et l'eau de mer infiltrée. Grace à un déflecteur placé en haut du tuba les entrées d'eau dues aux vagues ou aux éclaboussures deviennent rares.

     

    tuba tribord

     

    Les palmes

    J'utilise des palmes Cressi Palau qui présentent l'avantage d'être courtes et de ce fait de faciliter l'évolution entre les rochers. Par contre la nage nécessite plus d'efforts car elles sont assez rigides et leur courte envergure n'offre pas une propulsion très importante. Elles sont donc plus adaptés aux observateurs et photographes qui évoluent lentement et attentivement au milieu de la faune et de la flore sous-marine.

    palmes cressi palau

     

    La combinaison

    Pour les plongées effectuées en dehors de la saison estivale je me suis équipé d'une combinaison de snorkeling Tribord Subea de 2 mm d'épaisseur qui limite les échanges thermiques entre l'eau et la peau et réduit le refroidissement du nageur. Elle possède l'avantage d'être légère et facile à enfiler comparée aux combinaisons plus épaisses, elle offre également un bon confort de mouvement ce qui est très appréciable pour la pratique de la photo sous-marine par exemple. La pellicule d'eau qui se forme en nageant entre le corps et le néoprène (surtout au niveau des membres) se met rapidement en température et offre au bout d'un petit moment une bonne isolation thermique. J'ai déjà plongé avec elle dans une eau à 13°C, c'est tolérable si on n'est pas trop frileux, mais il vaudra mieux rajouter des couches supplémentaires pour un confort maximal en dessous de 15°C, une souris ou un sur-shorty pourront faire l'affaire.

     

    Les gants

    Utiliser des gants en plongée a plusieurs utilités. Ils permettent tout d'abord de bénéficier d'un couche d'isolation thermique pour les mains ce qui est très important car le corps perd sa chaleur en priorité par les extrémités. Les gants servent également à se protéger les mains lorsqu'il est nécessaire de déambuler dans un environnement constitué de rochers aux surfaces rugueuses, piquantes, ou parfois même coupantes. Pour la pratique de la photo sous-marine il vaut mieux choisir des gants pas trop épais de sorte à conserver une liberté de mouvement des doigts permettant d'accéder aux boutons d'un caisson ou d'un appareil photo étanche. Personnellement j'ai opté pour des gants de plongée Zabal Tribord de 2 mm avec une toile amara sur la paume des mains qui limite l'abrasion tout en conservant une bonne souplesse. Quoi qu'il en soit il faut absolument tester les gants avant de les acheter car il est nécessaire qu'ils soient le plus ajustés possible pour qu'ils se fassent oublier.

     

    Les bottillons

    Les pieds sont également des parties du corps très sensibles au froid et qu'il faut donc protéger en priorité. De plus ils sont assez régulièrement mis en contact avec le sol marin qui - s'il n'est pas sablonneux - se révèle souvent rugueux, riche en aspérités qui rendent désagréable les déplacements. Pour parer à ses problèmes j'ai opté pour des bottillons de plongée Tribord Ibili de 3 mm d'épaisseur. En plus d'être bien isolants, ils possèdent une semelle en caoutchouc qui protège efficacement des irrégularités du fond marin, le confort est optimal. Notons également qu'avec des bottillons il faudra compléter son équipement de palmes réglables.

     

    http://ekladata.com/k2wVadDrDDlgrmLha0RexLyruOI/sac-materiel-2.jpg

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer