• Ambiance sous-marine le jour du réveillon de Noël

    Alors que l'hiver sévit en Provence depuis le début du mois de novembre, voilà qu'une belle journée ensoleillée est arrivée pour le réveillon de Noël ! Un petit cadeau de la nature. La température extérieure est encore fraiche, il ne fait que 11°C au maximum aujourd'hui mais il n'en fallait pas plus pour me donner envie de rechausser les palmes et filer à l'eau. Je prends la direction le Petit Mugel pour cette dernière sortie de l'année 2017, là bas il n'y a pas grand monde dans l'eau mis à part une beau banc de méduses pélagies prêtes à m'accueillir !

    pélagie

    Pas de quoi me décourager, j'adore photographier les méduses que je trouve personnellement magnifiques ! Les pélagies (pelagia noctulica) sont nombreuses, je nage parmi elles en faisant attention à leurs tentacules et surtout leurs filaments urticants car je ne porte pas de cagoule de plongée. 

    pélagies

    Je me régale avec la fonction macro de l'Olympus TG-4, les méduses présentent une structure complexe lorsqu'on les observe de près, ce qui est étonnant quand on sait qu'elles sont composées à plus de 95% d'eau ! Voici une ombrelle qui semble couverte de paillettes d'or, digne de la plus belle des boules de Noël.

    pélagie ombrelle

    Ce qui m’ennuie un peu c'est que le courant regroupe les pélagies à l'entrée les grottes, du coup il m'est impossible d'aller les explorer cette fois-ci sous peine de m'exposer à leurs guirlandes urticantes.

    pélagie

    Il y a quand même quelques recoins sans méduses où je peux faire quelques belles observations. Sous un petit promontoire ombragé, tapis dans l'ombre, je découvre en apnée une belle étoile de mer rouge (Echinaster sepositus). Cette étoile là trône sur les éponges à défaut d'être au sommet du sapin !

    étoile de mer rouge

    Pour rester dans la thématique des longs tentacules et autres bras flexibles interminables, voici une ophiure araignée (ophiopsila aranea).

    ophiure araignée

    Je croise peu de poissons, le long de la paroi rocheuse j'observe surtout des castagnoles et des blennies. Cette blennie de Caneva (Microlipophrys canevae) est bien installée à l'abri dans son trou, on ne distingue que sa tête ! C'est la première fois que j'observe cette espèce sur le site du Petit Mugel alors qu'elle est assez fréquente sur la Côte Bleue.

    blennie de Caneva

    Au moment de rejoindre la fameuse grotte des alcyonaires, je me retrouve face à un rideau de pélagies qui me barre la route. Je décide de ne pas m'aventurer dans cette zone et de la contourner pour passer dans la anse du sec en espérant là bas il y ait moins de méduses.

    banc de pélagies

    Une fois passé le cap du Petit Mugel on entre dans la Anse du Sec. Mon intuition a été la bonne, pas une méduse en vue de ce côté là ! J'explore tranquillement le tombant qui se présente à moi et j'essaye de retrouver le coin de la paroi déjà exploré lors de la sortie précédente et qui est couverte d'endendriums, car c'est le lieu de villégiature préféré des hervias, ces petits nudibranches colorés que j'ai déjà eu l'occasion de photographier. Après une inspection minutieuse je ne tarde pas à en trouver une !

    hervia

    Sur les tiges d'endendriums je remarque également de petites grappes blanches, il s'agit de pontes d'hervias (cratena peregrina) justement.

    ponte d'hervias

    En scrutant la zone en détail je découvre même une hervia qui joue les équilibristes sur sa branche d'endendrium juste à côté de sa ponte.

    hervia et sa ponte

    Dans ce coin du tombant se trouvent aussi de nombreux alcyons encroutants (Alcyonium coralloides) dont les polypes sont parfaitement déployés.

    alcyon encroutant

    Voilà un moment que je m'attarde à scruter cette petite zone fascinante dans ses moindres détails. Mon exploration attentive intrigue un triptérygion rouge (Tripterygion tripteronotus) qui m'observe avec curiosité et méfiance du coin de l’œil. 

    triptérygion rouge

    Et j'ai eu raison de passer du temps à visiter le coin des hervias puisque je finis par repérer entre les alcyons et les endendriums un minuscule nudibranche que je n'avais encore jamais vu, il s'agit d'un tritonia strié (tritonia striaita). Ce dernier peut facilement passer inaperçu car il est blanc grisâtre et il ne mesure guère plus d'un centimètre de long !

    tritonia striata

    L'air de rien je commence à me refroidir, la température de l'eau oscille entre 13 et 14°C selon les endroits ... je décide de commencer à prendre le chemin du retour vers le Petit Mugel. Sur le trajet j'inspecte une petite cavité dans laquelle j'observe le tube d'une clione rouge. Juste en dessous de l'éponge une grande ophiure lisse (ophioderma longicauda) déploie ses longs bras fins. C'est également la première fois que j'observe cette espèce.

    ophiure lisse

    De retour au Mugel je retrouve inévitablement les méduses. Deux d'entre elles attirent mon attention, elles semblent s’enlacer délicatement. je suis assez content de cette image car elle montre bien le dichromatisme sexuel des pélagies : les femelles sont plutôt marron et les mâles violet.

    pélagies

    Cette sortie touche à sa fin, je fais une dernière photo d'une belle étoile de mer épineuse (Coscinasterias tenuispina) avant de rejoindre le bord.

    étoile de mer épineuse

    Me voilà de retour à mon point de départ. Alors que je m'apprête à sortir de l'eau je distingue une toute petite forme familière sur le rocher qui se présente devant moi. Je m'approche et découvre une élysie timide (elysia timida), un petit tectibranche que j'ai croisé de nombreuses fois au Cap Rousset et que je vois pour la première fois ici. Le petit Mugel m'a donc réservé une dernière jolie surprise !

    élysie timide

    J'ai été ravi de pouvoir profiter de cette belle journée d'hiver pour retourner plonger. A chaque saison les fonds marins évoluent et même si l'eau était froide je me suis une fois de plus régalé à les explorer !


     

     


     

    http://ekladata.com/pKZInWQrtNko3NvafqLPODA6V68/GPS-icon.png       Localisation de la calanque du Petit Mugel

    La calanque du Petit Mugel est située sur la commune de La Ciotat près du cap du Bec de l'Aigle et en face de l'île Verte. Le Mugel est une réserve naturelle qui offre un environnement minéral remarquable constitué de poudingues, des roches sédimentaires chargées d'anciens galets que la mer érode lentement, d'où la présence de nombreuses cavités à explorer en snorkeling.

     

    http://ekladata.com/tcY-GEva1mo6d-Yj2tJcFAt1t_Y/Petit-Mugel-map.png

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Coyote13
    Jeudi 28 Décembre 2017 à 22:29

    Laurent,

    Je découvre ce soir, avec surprise mais bonheur, que tu as eu le courage de faire une dernière sortie pour 2017. Encore une fois, tu nous "régales" avec tes magnifiques photos. Celles des méduses sont d'une beauté à couper le souffle (en même temps c'est logique pour quelqu'un qui fait de l'apnée). Mes enfants, à qui je montre tes clichés, se joignent à moi, pour te souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année à toi et tes proches. En espérant pouvoir admirer encore des photos de tes sorties en 2018... Cordialement.

    2
    Vendredi 29 Décembre 2017 à 19:30

    Merci beaucoup Coyote13 pour tes commentaires très sympas !

    Quand j'ai vu le Soleil qui brillait dimanche dernier je n'ai pas hésité à sortir, c'est tellement rare en ce moment ! Un mois et demi sans aller à l'eau je n'en pouvais plus, je n'ai pas résisté à rechausser les palmes ;)

    A mon tour je vous souhaite à toi et à ta famille une très belle fin d'année 2017 !

    Bon réveillon à tous !

    Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :